Furieusement autodidacte, résolument indépendant et diablement expérimentateur, il rencontre la gravure en 2016, bien après d’autres modes d’expression qu’il a toujours côtoyé (musique, danse, arts du cirque). C’est une révélation : tant par l’approche artistique et technique, que le travail de patience, le rapport à la matière et à la création de l'objet imprimé le passionnent et le poussent à apprendre le métier de graveur illustrateur, «par la porte ou par la fenêtre». Cette recherche esthétique et ce parcours non-orthodoxe lui permettent de nourrir des récits de vie en bordure de la société occidentale contemporaine.

Au croisement de l’art, de l’artisanat et des métiers du livre, la gravure représente un médium idéal pour partager émotions et idées à travers la réalisation de multiples. Dans la pratique, l’artiste axe son activité autours de l’exposition d’estampes, la participation à des foires de l’art, l’organisation d’ateliers publics ou de stages et les partenariats de travail avec d’autres artistes.

L’intention est double : produire et partager une vision personnelle, politique, et poétique du monde, et donner aux autres les outils pour faire de même. Transmettre la passion des arts imprimés, c’est donner les moyens aux gens de se raconter leur histoire, donc de créer ce qui fait sens commun, d'inventer une culture.